day
» » Les mauvaises herbes (2016)

Les mauvaises herbes (2016) HD online

Les mauvaises herbes (2016) HD online
Language: English
Category: Movie / Comedy / Drama
Original Title: Les mauvaises herbes
Director: Louis Bélanger
Writers: Louis Bélanger,Alexis Martin
Released: 2016
Duration: 1h 45min
Video type: Movie
Jacques is an actor who runs away to the countryside to escape his gambling debts. He meets Simon, a rough and wily farmer who manipulates him into a business relationship. After a difficult start, the men help each other grow marijuana. They happen to meet Francesca, a sharp young woman who soon embraces their venture. By the time they get to the winter harvest, the three have learned to live together, but outside forces threaten the delicate balance of their little business...

Videos

Credited cast:
Alexis Martin Alexis Martin - Jacques Sauvageau
Gilles Renaud Gilles Renaud - Simon Boulerice
Emmanuelle Lussier Martinez Emmanuelle Lussier Martinez - Francesca
Myriam Côté Myriam Côté - Nancy
Gary Boudreault Gary Boudreault - Deux-temps
François Papineau François Papineau - Compte
Stéphane F. Jacques Stéphane F. Jacques - Tony (as Stéphane Jacques)
Sylvio Archambault Sylvio Archambault - Balloune
Rest of cast listed alphabetically:
Bénédicte Décary Bénédicte Décary - Marquise de La Creuse
Patrick Hivon Patrick Hivon - Alexandre
Alexis Lefebvre Alexis Lefebvre - Bastien
Luc Picard Luc Picard - Patenaude

Entretien avec le réalisateur Louis Bélanger et son co-scénariste et comédien Alexis Martin. L'idée de départ était de donner un film plus lumineux que leur précédente collaboration (Route 132) sans toutefois faire un film léger. «Au départ, dit Alexis Martin, je crois que Louis avait un désir de filmer l'hiver et la ruralité, il voulait aussi faire témoigner un monde de travailleurs. Notre idée de base était de faire un huis clos dans le bois, puis est arrivé un livre intitulé 'La forêt des renards pendus' d'Arto Paasilinna. Le film n'a rien à voir avec ce roman, mais il a certainement influencé le fait de créer une comédie hivernale.»

Ce long métrage est le fruit d'une coscénarisation entre Alexis Martin et Louis Bélanger, un travail qui a duré presque quatre ans. Pendant cette période, les deux hommes ont beaucoup réfléchi, voyagé et laissé mûrir l'histoire. «Je crois, dit Louis Bélanger, que le fait d'avoir aidé Alexis à réaliser un film intime sur son père (Louis Martin, journaliste) nous a rapprochés et aidés à mieux nous comprendre. Je suis entré dans la psyché familiale des Martin. Pour ce qui est de l'écriture, on a pêché, discuté, et ces conversations ont provoqué de la matière pour cette fiction. Un moment que j'ai beaucoup aimé dans l'écriture du film, c'est quand nous sommes allés dans un vieil hôtel écrire et prendre du recul. Nous étions dans cet hôtel à la splendeur ancienne au coeur des Laurentides et ce fut un vrai moment de coscénarisation fluide et franc».

En plus de partager du temps loin de l'agitation de la ville, ils ont aussi écouté des films chers aux yeux de Louis Bélanger, des films qui font partie de son panthéon du cinéma. «Avant d'être cinéaste, j'étais cinéphile, j'étais un rat de cinémathèque avec mon ami Denis Chouinard. On passait notre temps à ne pas aller à nos cours, on traversait la rue et on investissait deux piasses dans la Cinémathèque québécoise. Une des premières choses que j'ai faite avec Alexis avant que ce projet soit écrit, c'est visionner un paquet de films à la Coop Vidéo de Montréal. Ainsi, on a regardé des films de Jiri Menzel, de Milos Forman, qui représentent pour moi le doux mélange d'humour et de drame parfait. Ensuite, on a projeté Nous nous sommes tant aimé d'Ettore Scola ainsi que certains films des frères Taviani. J'essayais de communiquer le ton que je recherchais pour ce film».

On retrouve dans ce sixième film de Louis Bélanger un thème récurrent de sa filmographie, le rapport à la famille, la relation avec le père, bref, l'idée de legs. C'est le moteur de la quête du personnage joué par Gilles Renaud, qui veut laisser quelque chose à un fils qu'il n'a pas vu depuis 18 ans. «Je pense, dit Alexis Martin, que c'est une préoccupation qu'on a dans toutes nos collaborations. Je dirais même qu'on parle ici plus de transmission, qui est un thème profondément important au Québec. On a un rapport trouble à l'héritage et à la figure du père. Dans l'histoire sociale des idées, au Québec, il y a toujours eu ce manque et ce rapport flou avec le legs. C'est un thème que je partage avec Louis».

Si le dernier-né de Louis Bélanger est un film sur le partage des valeurs familiales, c'est aussi un film sur une activité économique parallèle et illégale; la culture du cannabis en serre. Et honnêtement, on se demande comment toute l'équipe a bien pu gérer une telle activité en plein hiver québécois. Un sacré tour de force de la direction artistique (Andrée-Line Beauparlant), alors que l'hiver 2015 était l'un des plus rudes depuis des décennies. «C'est une véritable activité économique parallèle, nous dit Louis Bélanger, et souvent ce sont des bonhommes de 60 ans qui font pousser ces récoltes en se disant qu'ils ont toute leur vie bûché en se faisant fourrer par le moulin à bois.» Si le cinéma de Louis Bélanger met en scène un monde qui tend à disparaître et qui change très rapidement, il réussit avec 'Les mauvaises herbes' à nous parler d'un autre monde qui sera bientôt révolu avec la légalisation imminente de cette herbe verte aux propriétés euphorisantes. (entrevue du journal Voir - 10 mars 2016).



Reviews: [2]

  • avatar

    Fomand

    What a surprisingly delightful film. It unfolds, always slightly off balance,from one unexpected development to the next. It starts off as a kind of crime farce, with a very funny Chaplinesque chase that turns into a scene from a Beckett production with Alexis Martin in full 18th century garb walking down a snow clad rural Quebec road in mid winter. Boulanger's eye for the sublimely absurd is impeccable and he serves it up effortlessly over and over. The actors are terrific and the writing is both hilarious and, finally, extremely emotional in a restrained way. On top of that, the cinematography is brilliant both in its scenic composition and in its luscious colour palettes. I had no idea what to expect from this film and was thinking perhaps it was just a Quebec version of Homegrown. But it is far more sophisticated and complex in its ambition and its final accomplishment. Highly recommended.
  • avatar

    Kerry

    Bad Seeds is a French-Canadian comedy movie that doesn't necessarily convince with great jokes but rather with awkward situation comedy, interesting characters and wonderful winter landscapes.

    The movie tells the story of a stage actor with gambling debts who escapes Montreal via a bus trip and ends up in the administrative region of Abitibi-Témiscamingue in Western Quebec. He encounters a grumpy farmer who illegally grows and sells weed in order to make enough money to make the childhood dream of his estranged son come true before a terminal illness kills him. Knowing each other's secret, the two men decide to work together but are soon disturbed by an unhappy Lesbian teenager who verifies the farm's electricity meter and accidentally discovers its secret. The teenage girl is kidnapped and forced to stay with the two men. After some initial misunderstandings and tensions, the trio actually starts appreciating working together but their luck soon starts to turn when the teenager falls in love with a local clerk, when the farmer gets sicker every day and when the loan sharks the stage actor tried to run away from end up tracking him down.

    On the positive side, the movie's script is quite creative and at times unpredictable. There are constantly new surprises around the corner leading to hilarious situation comedy and some poignant black humour as well. The three main characters are fleshed out and surprisingly realistic as they have their positive and negative sides and offer heroic actions but make dumb decisions as well. The movie's conclusion even has some depth and offers some food for thought. It certainly doesn't offer a conventional happy ending but a very satisfactory conclusion nevertheless.

    On the negative side, some of the jokes could have been funnier and delivered with more energy to work better. The film has a few lengthy dialogues here and there, especially in the first third. The movie only starts getting truly intense when the teenager gets involved.

    Anyone who likes French-Canadian cinema and creative comedy movies that walk off the beaten path, should give this movie a chance. I watched it on television in its original French version with English subtitles which is perfectly fine. Bad Seeds certainly is a vivid change from the usual stereotypical Hollywood comedy movies. It isn't a sequel, prequel, remake or anything else. And it doesn't try to offer some shallow sociocritical message like so many other contemporary comedy films. Bad Seeds is refreshingly unique.